From 1 - 7 / 7
  • Categories  

    To do

  • Categories  

    Le projet MAP-IO vise à effectuer des observations atmosphériques et de biologie marine sur le long terme dans la région de l’ouest de l’océan Indien. Ces données seront bancarisées en open-source à la fois dans les réseaux internationaux (ICOS, ACTRIS) qui sont utilisés pour initialiser et valider les modèles climatiques du GIEC et les satelittes et sur la base de données GeOSUR dédiée à la recherche et à l’ensemble des acteurs du territoire. Elles permettront d’avancer sur notre compréhension des échanges océan-atmosphère, sur la pollution régionale et sur les mécanismes chimiques en permettant d’améliorer et d’adapter les paramétrisations utilisées dans les modèles numériques de prévision du temps et de climat sur la région ouest de l’océan Indien. La stratégie de MAP-IO s’inscrit dans la continuité et la valorisation des investissements de la région Réunion en renforçant les bases de données des programmes scientifiques ReNovRisk Cyclones et Changement Climatique (INTERREG V) et UV-INDIEN (INTERREG V) et l’infrastructure « Observatoire du Maïdo » (FEDER). MAP-IO viendra renforcer la place de la Réunion dans les grandes infrastructures de recherches Européenne ACTRIS (http://www.actris.fr/) et ICOS (https://www.icos-france.fr/). A terme, l’objectif est de faire de La Réunion un hub de surveillance du climat et des changements globaux de niveau international permettant une percolation des produits de recherche vers l’activité économique et sociétal du territoire. MAP-IO s’inscrit également dans une action forte de La Réunion pour la croissance bleue dans les DOM (livre bleu de l’outre-mer, 2018). MAP-IO se positionne dès à présent dans les lignes directrices de la mission 3 du programme Horizon Europe (2021-2027) « Santé des océans et des eaux naturelles » et au sein des partenariats institutionnels du domaine 3 « Leadership européen dans le domaine de la métrologie, y compris un système intégré de métrologie ». Ce positionnement ouvrira des nouvelles opportunités de réponses des scientifiques de La Réunion aux appels d’offres au programme européen pour la recherche et l'innovation (Horizon Europe). Questions de recherche L’objectif du projet MAP-IO est d’étudier la composition de l’atmosphère et les processus océan-atmosphère ayant un impact sur le climat régional et la prévision numérique du temps. Ce programme scientifique s’appuie sur la bancarisation de données océaniques et atmosphériques en équipant le navire Marion Dufresne de plusieurs systèmes de mesure de l’atmosphère pérennes et autonomes. Ces systèmes d’observations ont cinq buts principaux: - Documenter l’état de surface océanique et la composition biologique en phytoplancton ; données permettant de participer à la calibration des données satellites et à la validation des modèles océaniques et biologiques sur l’océan Indien et austral. - Surveiller les changements atmosphériques globaux en particulier dans la région de l’océan Indien très faiblement documentée (réseaux NDACC, ACTRIS, ICOS). Bancariser les données en open data. - Étudier les transports de masses d’air et la redistribution des aérosols et des composés chimiques dans la troposphère et la stratosphère (programmes IGAC et SPARC). - Documenter les émissions de gaz et d’aérosols marins pour les modèles atmosphériques de prévision numérique ou de climat (programme SOLAS). - Renforcer les réseaux régionaux d’observation du changement climatique régional déployés dans le cadre des programmes ReNovRisk Cyclones et Changement Climatique (INTERREG-V), IOGA4MET (TAAF, AAP Iles Eparses) et UV-indien (INTERREG-V). Actions et méthodes scientifiques Le programme MAP-IO s’est construit autour de deux fiches actions. La fiche action 1 « amélioration de la connaissance » correspond aux études scientifiques qui seront abordées à partir des observations à bord du Marion Dufresne pendant 24 mois. Elle sont déclinés en 5 sous actions. - 1.1 : Distribution spatiale et hétérogénéité structurelle des groupes fonctionnels du phytoplancton et du microzooplancton, couplage avec les images satellite de couleur de l’eau. Mise en œuvre d’un cytomètre en flux. - 1.2 : Échanges océan-atmosphère: aérosols marins et composition de la couche limite marine. Mise en œuvre de mesures in-situ de gaz et d’aérosols. - 1.3 : Climatologie et variabilité des rayonnements UV et de l’ozone dans l’Océan Indien. Mise en œuvre de mesures UV A,B et C et de colonne intégrée d’ozone. - 1.4 : Étude des panaches d’aérosols issus des feux de biomasse et en provenance du Sud de l’Afrique, de l’Amérique du Sud et de l’Asie du Sud-Est. Mise en œuvre d’un photomètre solaire/lunaire pour l’épaisseur optique des aérosols. - 1.5 : Surveillance du champ de vapeur d’eau à l’échelle du bassin SOOI. Mise en œuvre d’un GNSS. La fiche action 2 correspond au management et à la valorisation du programme. Cette action intègre la (i) coordination et la gestion administrative et financière du programme et (ii) une conférence de restitution du programme et d’organisation d’un modèle économique de fonctionnement perenne de MAP-IO. Partenaires MAP-IO intègre une équipe de 17 scientifiques de haut niveau, responsables notamment de plusieurs services nationaux d’observation de l’atmosphère tels que NDACC, CLAP et PHOTON et bien intégrés au sein des infrastructures de recherche Européenne ACTRIS et ICOS. Dans ce cadre MAP-IO permettra de renforcer les liens collaboratifs entre scientifiques issus de 7 laboratoires de métropole et ceux de l’université de La Réunion. Ce réseau de scientifique pourra se densifier si l’université de La Réunion et ses partenaires au travers de MAP-IO montrent leur capacité à maintenir sur le long terme ces observations régulières uniques au monde.

  • Le projet a pour objectif d'améliorer le signal de la pluie détectée par les géophones en comparant les données météorologiques d'un disdromètre, d'un pluviomètre et de 3 géophones afin d'extraire des données des sismographes pour mieux comprendre le transport sédimentaire issu du réseau sismologique installé dans la rivière des pluies et la rivière du Mat. Les objectifs sont : 1) déterminer les caractéristiques sismiques de la pluie sur le site de mesures 2) A terme, comprendre le déclenchement des éboulements et glissements liés aux pluies A court terme, ce projet devrait aussi permettre de : 1) comprendre pour un même type de pluie l'influence de sols de rugosités différentes sur les signaux enregistrés par les sismomètres 2) intégrer/contraindre pour un même type de sol l'influence de types de pluies différentes sur les enregistrements des sismomètres 3) déterminuer l'influence des tailles des gouttes et du nombre de gouttes (indications données par le disdromètre) sur le signal sismique

  • Le programme de recherche ReNovRisk a pour objectif d'analyser par une approche intégrée les aléas associés aux événements paroxysmaux et leurs impacts économiques sur le développement de la Réunion et de la zone océan Indien. Il vise ainsi à améliorer la capacité de résilience des territoires face aux principaux risques naturels, et plus particulièrement face à l’aléa cyclonique. Ce programme, qui s’appuie sur un vaste consortium de compétences scientifiques et techniques, s'insère dans la stratégie régionale2014-2020 (Préparation des programmes européens 2014-2020 à La Réunion – Profil Environnemental).

  • Categories  

    La biodiversité de la côte ouest de La Réunion est protégée par la Réserve Naturelle Marine de La Réunion RNMR, limitée au nord par le Cap La Houssaye sur la commune de Saint-Paul et, au sud, la Roche des Oiseaux sur la commune de l’Etang-Salé. La connaissance de la fréquentation humaine et des usages littoraux sur la limite entre terre et mer contribue à déterminer des indicateurs de la pression anthropique par la mesure de la pression anthropique directe mais aussi l'évolution des usages balnéaires des littoraux. Un protocole d’acquisition de photographies aériennes a été appliqué depuis 2010 et les résultats de la photo-interprétation ont été structurés en base de données et archivés. La collecte se fait par photographies aériennes à partir d’un aéronef Ultra-Léger Motorisé. Lors du vol aller, dans le sens nord-sud, les comptages à l’œil nu concernent les activités nautiques sur la pente externe du récif corallien. Lors du vol retour, dans le sens sud-nord, le passager prend des photographies du littoral en adaptant la fréquence des prises et le cadrage aux activités pour faciliter la photo-interprétation des individus après le vol. L’altitude de l’ULM en vol est d’environ mille pieds (environ 300-400m) sur tout le trajet. Les comptages à l'oeil nu et par photo-interprétation sont limités à la carte de zonage la RNMR défini en 2012. Depuis 2016, ces comptages sont étendus au-delà des limites de la RNMR jusqu’à St-Pierre. Le jeu de données sur la fréquentation littorale s'accompagne de 2 ressources complémentaires : - Le dictionnaire qui définit les noms des variables dans le jeu de données, fichier au format PDF. - Le Référentiel Spatial de la Réserve Nationale Naturelle Marine de la Réunion (RNNMR) intégrant les dimensions géomorphologiques et réglementaires. Ce zonage a été étendu au sud jusqu'à la commune de Saint-Pierre. Ces 2 ressources sont accessibles aux liens indiqués dans les ressources associées.

  • Categories  

    Le projet AMEN' Tortue, AMénagement des Espaces Naturels littoraux pour le retour en ponte des tortues marines, est un projet financé par EDF au titre du Programme d'Accompagnement du Projet de la Liaison Electrique de l'Ouest (PAP LEO), s'étalant entre le 1er janvier 2020 et le 30 juin 2021. L'objectif principal du projet AMEN' Tortue est de rétablir et maintenir le bon état écologique d'espaces littoraux qui abritent des habitats de ponte avérés ou potentiels pour les tortues marines, et plus généralement d'améliorer les connaissances de ces espaces et leur gestion. Dans le cadre de ce projet, une convention avec le laboratoire UMR Espace-Dev et l'OSU-Réunion a été réalisée pour effectuer le suivi du trait de côte sur les sites bénéficiant d'actions de réhabilitation en faveur de ponte de tortues marines, à savoir 2 sites d’étude : 1) les criques de la Souris Chaude (commune de Trois Bassins) et 2) la plage de la ravine Mulla (commune de l'Etang Salé). L'objet de cette convention est de : - réaliser des vols drones des plages suivies par le CEDTM, - produire des modèles numériques de terrain de ces plages, - effectuer ce suivi en novembre 2020 pour avoir la signature de l'hiver austral, - effectuer ce suivi en avril 2021 pour avoir la signature de l'été austral. Les Modèles Numériques de Terrain réalisés sur ces 2 sites sont diffusés ici.

  • Categories  

    Le projet VELOUTIER est un projet financé dans le cadre du Programme Opérationnel Européen FEDER (2020-2022), avec la participation de la Région Réunion et l'Etat. Il est porté par le Centre d'Etude Des Tortues Marines (CEDTM) de La Réunion, avec pour objectif principal de rétablir et maintenir le bon état écologique d'espaces littoraux qui abritent des habitats de ponte avérés ou potentiels pour les tortues marines, et plus généralement d'améliorer les connaissances de ces espaces et leur gestion. Ce projet vise à mettre en œuvre un ensemble d’actions concrètes de conservation sur deux plages de l’ouest réunionnais : 1) la plage de Cap Champagne (commune de Saint-Paul) et 2) la plage de cimetière de Saint-Leu (commune de Saint-Leu). Dans le cadre de l'action 1 (amélioration des connaissances du littoral réunionnais), une convention avec le laboratoire UMR Espace-Dev et l'OSU-Réunion a été réalisée pour effectuer le suivi du trait de côte sur ces 2 sites d’étude : récolte, analyse et diffusion des données. Des Modèles Numériques de Terrain ont été réalisés sur ces 2 sites et sont diffusés ici.